L’aluminium, il y en a partout !

L’aluminium est naturellement présent dans la croûte terrestre. Nous y sommes donc naturellement exposés via l’air, l’eau, la terre et les roches. Également utilisé en industrie, il se retrouve ainsi dans nos aliments, nos cosmétiques, et même, plus surprenant, dans nos vaccins! Dans le cadre d’un reportage pour France 5, je me suis rendu chez un jeune couple pour faire la chasse aux produits contenant de l’aluminium. Et je peux vous assurer que j’ai vidé leurs placards, car de l’alu, il y en a partout! Pourtant, ce métal n’apporte rien à notre organisme. Au contraire.

}Dans nos aliments

Pratiquement toutes les denrées alimentaires contiennent naturellement de l’aluminium, même si certaines en ont plus que d’autres. C’est notamment le cas du pain, du basilic, du cacao, du thé et des légumes, en particulier les épinards. Mais certains peuvent contenir des quantités d’aluminium plus importantes en raison de l’ajout d’additifs alimentaires ou de la contamination par les emballages et ustensiles de cuisine conte- nant ce métal. Résultat: l’ingestion d’aliments constitue 95 % de nos apports quotidiens en aluminium. Comment limiter cela ? L’aluminium présent dans les emballages alimentaires ou les ustensiles de cuisine peut migrer vers les aliments, surtout lorsque s’ils sont acides. Privilégiez donc les ustensiles en acier inoxydable, et si vous avez des casseroles et poêles en aluminium, changez-les dès que celles-ci sont rayées ou abîmées... Du côté des emballages, préférez les bocaux en verre pour la conservation de vos aliments. Quant aux canettes de soda, vérifier la DLUO (date limite d’utilisation optimale) car plus le liquide reste dans la canette, plus le risque de contamination est élevé. Et les papillotes en feuille d’aluminium ? N’y rajoutez pas de citron ou de vin blanc pendant la cuisson ou alors remplacez l’aluminium par du papier sulfurisé !

}Dans l’eau du robinet

Si les aliments représentent une grande partie de notre exposition à l’alu- minium, l’eau du robinet peut également en contenir. Lors du traitement des eaux, des agents à base de sels d’aluminium sont ajoutés pour éliminer les particules organiques dans l’eau et pour la rendre ainsi plus claire. La grande majorité des sels d’aluminium utilisés se retrouvent dans les boues ou terres de décantation, mais il peut en rester dans l’eau du robinet. Notons que toutes les communes n’utilisent pas ce type de traitement. Par exemple, la ville de Paris a remplacé l’aluminium par du chlorure ferrique1.

}Dans les cosmétiques

Certains sels d’aluminium, en particulier le chlorhydrate d’aluminium, sont largement utilisés dans les cosmétiques tels que les déodorants et en particulier les antitranspirants, les dentifrices, les rouges à lèvres, les teintures capillaires ou les après-shampooings. Une étude2 a démontré qu’après l’application d’antitranspirant au niveau des aisselles, 0,012 % de l’aluminium pénètre dans la peau. Appliqué sur peau saine, l’alumi- nium contenu dans les antitranspirants est retenu en faible quantité au niveau de la couche supérieure de la peau. En revanche, sur peau lésée, ce qui est le cas des personnes qui se rasent très régulièrement, la quantité qui pénètre est multipliée par 6! Cela représente des quantités impor- tantes, d’autant plus si on en applique quotidiennement. Attention, pour éviter l’exposition à l’aluminium, on se tourne souvent vers la pierre d’alun naturelle (potassium alun), déodorant réputé pour être naturel et donc sain... Mais cette pierre contient elle aussi des sels d’aluminium. Si aucune étude scientifique n’a démontré d’éventuelle toxicité, aucune n’a montré son innocuité, mieux vaut donc rester prudent.

cancer-sein-sels-aluminium

}Dans les antiacides

Autre source d’exposition: les antiacides qui ont pour but de diminuer l’acidité gastrique. Un des dangers de l’automédication est l’utilisation excessive d’antiacides contenant de très fortes quantités d’aluminium : si vous en prenez, mieux vaut en parler avec votre médecin. Un des antia- cides les plus prescrits contient 400 mg d’hydroxyde d’aluminium par comprimé avec une dose maximale de 12 comprimés par jour, soit 4,8 g ! Pour un poids moyen de 70 kg, cela correspondrait à 480 fois plus que la dose hebdomadaire tolérable ! Une étude de chercheurs lillois a montré qu’il peut favoriser l’inflammation intestinale. Évitez donc les antiacides contenant de l’aluminium et préférez ceux contenant du bicarbonate de soude (NaHCO3), du carbonate de calcium (CaCO3) ou de l’hydroxyde de magnésium seul (Mg(OH)2). Mais il existe des alternatives encore plus naturelles pour diminuer le risque de brûlures d’estomac: l’exercice physique, la diminution du stress, l’arrêt du tabac et de l’alcool ainsi que manger et dormir à des heures régulières.

}Dans les vaccins

Enfin, les vaccins. Les sels d’aluminium sont utilisés comme adjuvant dans de nombreux vaccins injectables par voie intramusculaire. Leur rôle est d’accroître l’efficacité du vaccin en stimulant la réaction immu- nitaire, ce qui renforce la fabrication d’anticorps. Pour la diphtérie ou le tétanos, les médecins avaient alors le choix entre les vaccins contenant de l’aluminium et les vaccins contenant du phosphate de calcium, un composant inoffensif pour le corps humain. En 2008, la commercialisa- tion du dernier DTPolio sans aluminium a été suspendue à la suite d’une augmentation de notifications de manifestations allergiques observées 24 heures après la vaccination. Surprenant après 30 ans d’utilisation sans que rien de significatif n’ait été signalé!

648x415_preacutesent-cregravemes-solaires-cuisines-vaccins-aluminium-longtemps-eacuteteacute-consideacutereacute-comme-inoffensif

}Quels sont les risques pour la santé?

Contrairement au fer ou au zinc, l’aluminium n’a aucune fonction biologique. Il parvient à traverser la peau et le tube digestif et, une fois dans le sang, il est filtré par les reins et éliminé par les urines. Mais 20 % échappent à ce filtrage et se logent dans les os, les poumons, le foie et le cerveau où l’aluminium s’y accumule, et pour longtemps. Il a même été démontré que ce métal passait la barrière placentaire et pouvait atteindre le fœtus. Mais quels sont les impacts de cette accumulation sur notre santé? Ce métal est reconnu comme neurotoxique. Il inhibe plus de 200 fonctions biologiques et cause de nombreux effets indésirables pour les plantes, les animaux et les êtres humains. Plus concrètement, une absorption pendant une longue période peut entraîner de sérieux problèmes osseux ou neurologiques, tels que la démence ou des encépha- lopathies. On a d’ailleurs retrouvé des niveaux d’aluminium élevés dans le cerveau de patients atteints d’Alzheimer autopsiés et certains estiment que cela pourrait être un facteur contributif à la maladie.

Dr Pierre Souvet
Extrait de 200 alertes santé-environnement
Marc votre coach magazine

Les commentaires sont fermés.