De la conscience à l’action

De la conscience à l'action: qu'est-ce que ça veut dire concrètement?

J'écris cet article alors que je suis en Islande en train de passer de la conscience à l'action. Je réalise ainsi un projet personnel qui consiste à courir en sentiers dans plusieurs parcs nationaux du sud de l'Islande durant sept jours à raison de 10 à 20km/jour.

Je vous partage cette expérience car le processus qui m'a permis de réaliser ce projet très ambitieux pour moi qui court depuis à peine 18 mois s'applique à tous vos projets personnels ou professionnels. Le processus de la conscience à l'action comprend quatre étapes simples qui s'appliquent aussi à un objectif ou projet d'équipe ou au niveau de la planification stratégique et opérationnelle d'une entreprise.

En prenant l'exemple de mon projet personnel de voyage en Islande voici brièvement en quoi consiste les quatre étapes du processus de la conscience à l'action et comment concrètement je les applique.

1. Observer l'éveil de sa conscience

Il s'agit de l'étape la plus longue. On peut difficilement forcer les choses à cette étape. En fait, plus on force, plus c'est long. Il faut accepter de prendre ce temps au début car elle nous permet de définir pourquoi on veut réaliser le projet et croyez-moi, au moment d'être dans l'action, le pourquoi sera fondamental pour persévérer dans la réalisation de votre projet malgré les défis et les obstacles.

J'ai commencé à courir en octobre 2014 inspiré par des amis coureurs et par le marathon de Montréal.

À l'été 2015 j'ai fait un voyage en solo en Turquie et pour visiter les villages et les villes j'ai couru environ 5-7km/ jour. J'ai eu la chance de beaucoup voyager dans ma vie et l'idée de courir pour voir de plus près les habitudes de vie des gens locaux a ajouté une nouvelle perspective à ma façon de voyager en particulier lorsque je voyage seule.

En janvier 2016, l'idée de faire un voyage en solo en Islande me fait vibrer mais je n'ai pas envie de faire les randonnées pédestres traditionnelles car je veux couvrir plus de distance pour voir davantage de paysages différents.

C'est en cherchant une retraite de yoga au Costa Rica pour la semaine de Pâques que j'ai vu qu'il existait une entreprise islandaise qui organisait exactement ce que je souhaitais dans les dates où je pouvais partir cet été.

2. Nommer son intention

Qu'est-ce je veux vraiment en une phrase.

Je veux visiter l'Islande à la course pour le plaisir de voyager autrement et pour me préparer à courir mon premier demi marathon à Montreal le 25 septembre prochain

3. Enclencher le mouvement

Il faut démarrer le passage à l'action. C'est maintenant que l'on enclenche la roue qui permet de réaliser le projet. C'est l'étape déterminante entre ceux qui disent je voudrais mais... Et ceux qui disent je l'ai fait!

Pour moi, cela voulait dire m'entraîner plus régulièrement malgré mes nombreuses activités professionnelles et mon rôle de maman de deux petites que je ne peux pas laisser seules à la maison pour aller courir.

Je me suis inscrite à une course de 15km en avril pour me donner confiance. J'ai couru plusieurs jours de suite en mai et en juillet.

Juin a été un mois ou j'ai tout remis en question. Le doute de ne pas être en mesure de suivre le groupe de coureur. J'avais beaucoup de travail et un super beau projet à réaliser pour septembre donc mes vacances en août ce n'était pas l'idéal.

D'un point de vu personnel. Une relation amoureuse qui me donnait moins envie de partir en voyage sans l'autre...

C'est exactement pour toutes ces raisons que les deux premières étapes du processus sont cruciales. Pourquoi je veux aller courir en Islande? Qu'est-ce que cela m'apporte comme bénéfices actuellement et qu'est-ce que je veux retirer de cette expérience?

Dans mon cas, je voulais absolument voir l'Islande de l'intérieur sans me préoccuper de louer un 4X4, porter mon équipement de camping et faire ma nourriture etc... En même temps, je voulais vivre l'expérience de courir en sentiers tout en me préparant pour mon premier demi marathon que je vais courir avec mon amoureux.

C'est aussi à cette étape où généralement on communique aux autres notre projet. Il faut être prêt à tout entendre et à bien discerner ce qui appartient à l'autre de ce qui est un commentaire constructif pour le projet.

J'ai tout entendu depuis quelques mois. De ce sera une super expérience à tu es complètement cinglée...

4. Être et agir dans l'action

Il fallait d'abord dire au revoir à mon monde et à mes projets professionnels pour dix jours. J'ai accepté de vivre le cocktail émotionnel de la culpabilité, de l'excitation, mélangée d'un peu d'angoisse

Quelques heures seulement après l'atterrissage c'était la première course avec le groupe. Je suis effectivement la moins expérimentée et la moins entraînée du groupe ce qui fait que je suis 10-15 minutes derrière le groupe depuis les quatre derniers jours.

C'est ici que le vrai entraînement débute. Une fois dans l'action. Dans mon cas, mon corps physique se porte très bien. La première journée m'a fait vivre pour vrai ce qu'est le lâcher-prise sur la performance.

La deuxième journée, on m'a proposé de faire 10km au lieu de 23km avec plusieurs ascensions intenses et descentes abruptes. J'ai opté pour le 23km que j'ai vécu sous la pluie, la neige et le soleil. Le sentiment de réelle confiance en soi s'installe en accumulant les succès.

La troisième journée, alors que j'ai totalement accepté intérieurement ma posture de dernière du groupe en continuant de courir et parfois marcher à mon rythme, j'ai eu un excellent échange avec celui qui est toujours le premier du groupe...

On est toujours l'inspiration de quelqu'un.

Alors que j'admire son endurance et ses capacités physiques, il m'explique sa quête de vouloir toujours tout voir en premier et d'être rarement (jamais) satisfait...

Il n'en revient pas que je prenne le temps de faire des photos, que malgré que je sois la dernière qui prend le temps d'échanger brièvement avec d'autres voyageurs et que je n'ai mal nul part malgré mon sous entraiment. Il s'est lancé lui-même le défi hier soir de passer une journée à courir avec moi d'ici la fin du voyage.

La journée quatre de mon voyage s'amorce doucement au moment où je termine d'écrire cet article.

Le cycle du processus de la conscience à l'action s'active à nouveau puisque en courant j'observe à nouveau l'éveil de ma conscience qui me mènera vers mes prochains projets personnels et professionnels.

En espérant que ce texte vous inspire le déclic qui vous permettra d'enclencher votre propre expérience de la conscience à l'action.

Geneviève Desautels
Coach et chroniqueuse dans Marc votre coach magazine

 

Photo: 123rf.com

Source : www.lesaffaires.com

 

Les commentaires sont fermés.